Afficher le menu Masquer le menu

Projet de timbre-poste Sarah Bernhardt, 1944

C’est à l’occasion du centenaire de la naissance de Henriette Rosine Bernard, dite Sarah Bernhardt (Paris, 1844 – id. 1923), célèbre comédienne française, que Jean Guignebert, directeur de la Radiodiffusion nationale, sollicite l’émission d’un timbre le 27 octobre 1944. La radio française préparait, en effet, pour le 28 novembre un « gala Sarah Bernhardt ».

De son coté, le président de l’Association des artistes dramatiques, René Alexandre, demande que le timbre soit surtaxé au profit de la maison de retraite du Grand Coq, à Pont-aux-Dames, dirigée par la Fondation Constant Coquelin.

A cette occasion, plusieurs projets de dessinateurs tels que Paul-Pierre Lemagny et Raoul Serres sont examinés et finalement l’Administration des PTT retient le dessin de Pierre Gandon (1899-1990), réalisé d’après un tableau de Bastien Lepage (Musée Fabre, Montpellier). Le timbre-poste, bien que gravé par Gandon, porte la signature de Charles Mazelin (1882-1964). En effet, le dessinateur, à qui l’on reproche d’avoir gravé, en 1942, le triptyque Légion tricolore, est privé de commandes de l’Administration pendant trois mois. Il est donc impossible de faire paraître ce timbre tel qu’il fut gravé. Le dessinateur Mazelin accepte ainsi de mettre sa signature à la place de celle de Gandon.

JPEG - 59.3 ko
Projet de timbre-poste Sarah Bernhardt, 1944
Dessin de Raoul Serres. Crayon et encre de chine (Inv. 7660, Réf. n° 738 Yvert)

Intérêt de la pièce :

Sarah Bernhardt fut la plus célèbre comédienne française de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Douée d’un talent exceptionnel de tragédienne et d’une voix remarquable, elle fut l’un des « monstres sacrés » du théâtre mondial. Vedette de la Comédie-Française, Sarah Bernhardt forma sa propre compagnie théâtrale et partit en tournée en Angleterre et aux Etats-Unis. Elle interpréta des rôles aussi bien tragiques (Phèdre, Athalie) que des personnages romantiques (Hernani, Lorenzaccio). Sa gloire fut immense et le public l’idolâtrait. Les artistes réputés tels qu’Alphonse Mucha ou Nadar l’ont représentée en portrait de nombreuses fois. Il fallait donc également une effigie à sa mémoire sous forme de timbre-poste… Considérée souvent comme féministe, ce fut la première femme ayant véritablement joué sur scène des rôles d’hommes et c’est aussi la première femme immortalisée sur un timbre.

Ce projet refusé du dessinateur Raoul Serres diffère largement du timbre. Il montre l’actrice de profil, tête légèrement relevée, ce qui procure au personnage un aspect fier et distant. Elle est vêtue d’un costume noir, à col montant et semble interpréter un rôle : son visage est froid, son regard lointain. Le timbre figure l’actrice également de profil, mais cette fois, tête baissée et yeux fermés. Son costume lui confère une plus grande familiarité, bien qu’elle semble encore une fois inaccessible de par son regard intériorisé. Peintre, graveur et illustrateur, Raoul Serres fut pensionnaire de l’Académie de France à Rome, Premier Grand Prix de gravure (1906), plusieurs fois lauréat de l’Institut, médaille d’honneur et hors concours au Salon des Artistes français ainsi qu’officier de la Légion d’honneur et du Mérite postal. Il fut auteur de nombreux timbres dont le Général Leclerc (1948), Choiseul (1949) ou encore Libération (1954).

JPEG - 383.4 ko
Sarah Bernhardt, 1945
Dessiné et gravé par Pierre Gandon et Charles Mazelin Timbre-poste de référence