Afficher le menu Masquer le menu

Œuvre originale de Hans Hartung

Feuille d’essai de 25 timbres, non émis, 1980

Pour la première fois en 1961, le Directeur général des Postes, M. Faucon, amateur d’art, ose reproduire des tableaux de grands peintres sur des timbres. Il choisit Braque, Cézanne, Matisse et La Fresnaye. L’administration postale innove également en adoptant un format inusité 36 x 48 mm, soit le double du format habituel d’un timbre. L’impression s’effectue avec une nouvelle machine taille-douce rotative en six couleurs. Cette nouvelle série devient la série artistique.

En 1974, le Ministre des PTT, Hubert Germain décide d’émettre un timbre-poste reproduisant une oeuvre originale d’un peintre contemporain. C’est Miró qui est choisi. Il créé une oeuvre spécialement pour le timbre-poste : l’oiseau bleu, interprétation libre du logotype des PTT. C’est une grande première d’émettre un tel timbre-poste au sein de la série artistique et en plus en héliogravure. Depuis, de nombreux artistes contemporains ont réalisé des oeuvres destinées au timbre-poste : Agam, Alechinsky, Buffet, Brayer, Carzou, Chapelain-Midy, Dali, Dewasne, Effel, Folon, Manessier, Messagier, Pignon, Soulages, Trémois et Vasarely.

Parmi les quatre timbres-poste de la série artistique émis chaque année, deux timbres sont consacrés à l’art moderne ou contemporain. La technique de la taille-douce est le plus souvent réservée aux oeuvres plus graphiques, plus dessinées, et dont les couleurs ne rendent pas la tâche du graveur impossible. L’héliogravure est de préférence utilisée pour les couleurs vives, les aplats, le grand nombre de coloris : l’oeuvre commande par sa nature la technique employée. Dans le cadre de la création philatélique par des artistes contemporains, Hans Hartung (1904 –1989) est invité à produire une maquette pour un timbre-poste et réalise une oeuvre dans ce but.

JPEG - 305.4 ko
JPEG - 313.7 ko
Hans Hartung
Feuille d’essai du timbre-poste et détail, non émis, 1980, (Inv. MP AT 980.10)  ADAGP – 2004

L’artiste :

Né le 21 septembre 1904 à Leipzig, Hans Hartung s’exalte très tôt pour l’astronomie et la vie mystique ; puis il se passionne pour le dessin et la peinture. Ses traits et ses taches noires ou colorées s’éloignent complètement, dès 1922, de toute figuration. Il est attiré en France par la découverte de la peinture de Braque, Picasso et bien d’autres. Il étudie tous ces courants pour revenir au sien. Suspecté en Allemagne par les nazis et violemment interrogé par la Gestapo, il réussit à quitter définitivement l’Allemagne en 1935. Deux fois engagé dans la Légion étrangère en 1939 puis en 1943, il est grièvement blessé près de Belfort. Il perd sa jambe droite. A la fin de 1945, il recommence à peindre. Son oeuvre s’avère capitale dans l’histoire de la peinture contemporaine. « Il s’agit », a-t-il expliqué, « d’un état émotionnel qui me pousse à tracer, à créer certaines formes, afin d’essayer de transmettre et de provoquer une émotion semblable »…

Ecoutons encore Hans Hartung parler de ses taches abstraites, dont il avait le goût dès l’âge de vingt ans : « Quelle joie, sans être asservi à la réalité, de les laisser libres de jouer entre elles, d’acquérir leur propre expressivité, leurs propres relations, leur autonome dynamisme… ». De telles déclarations situent bien Hans Hartung au départ du « tachisme », de « l’action painting », de l’ « abstraction lyrique », et montrent la place qu’il occupe dans la naissance des grands mouvements picturaux du XXe siècle. Hans Hartung meurt à Antibes le 7 décembre 1989.

JPEG - 13.9 ko
OEuvre originale pour le timbre-poste Dessinée par Hans Hartung
Pastel sur papier, 1980 (Don de l’artiste, Inv. 16680) © ADAGP, 2004


Intérêt de la pièce :

Hans Hartung accepte avec enthousiasme la proposition de l’Administration postale et il crée une oeuvre originale. Son petit dessin réalisé au pastel sur papier mesure environ 5 cm sur 6 cm. Il le signe et le date au crayon conté « Hartung 80 ». L’Imprimerie des timbres-poste à Périgueux tire en héliogravure une feuille d’essai non dentelée de 25 timbres à 3 francs (ITP-CFH 224, imprimerie des timbres, contrôle feuille héliogravure).

Le timbre-poste a un format horizontal. Mais Hans Hartung n’est pas satisfait de la reproduction de son oeuvre en timbre-poste, notamment de la mise en page : inscriptions obligatoires, encadrement… Il refuse l’émission. La seule feuille de ce timbre non-émis est conservée au Musée de La Poste. Alors, Hans Hartung choisit l’une de ses oeuvres réalisée dans les années 1950 pour l’émission définitive : la peinture intitulée « T 1958-3 ». Cette oeuvre produite en 1958 appartient à sa collection privée. Réalisée avec de la laque noire, elle présente un caractère japonisant (Inv. 2010 R, 92 x 73 cm, collection de la fondation Hans Hartung et Eva Bergman, Antibes). Hartung indique que pour la mise en page, les inscriptions obligatoires devaient être verticales et que surtout il n’y ait pas d’encadrement. Le 30 avril 1980, il approuve alors un timbre de la nouvelle feuille d’essai non dentelée de 25 timbres (ITP-CFH 740) à 4 francs reproduisant son tableau T 1958-3. « Je préfère le maximum de contrastes quant à l’exécution du timbre ». Le timbre noir sur fond bleuté a un format vertical avec une valeur de 4 F. Les tarifs postaux changent le 1er août 1980. Le tarif de la lettre de moins de 20 grammes augmente de 1,30 F à 1,40 F. Les valeurs complémentaires des timbres de la série artistique passent de 3 F à 4 F.

Le 28 mai 1980, une nouvelle feuille d’essainon dentelée de 25 timbres, imprimée en héliogravure (ITP-CFH 840) est tirée et approuvée par Maurice Bruzeau, conseiller artistique du service des émissions de timbres. Ce timbre Hartung imprimé à 5 500 000 exemplaires est mis en vente générale le 22 décembre 1980. En l’honneur de l’émission de ce timbre, le Musée de La Poste de Paris organise une exposition de tapisseries et de gravures d’Hans Hartung et de sa femme Anna-Eva Bergman, du 20 décembre 1980 au 18 janvier 1981. Le musée présente ainsi au public quinze tapisseries tissées aux manufactures des Gobelins et de Beauvais et 35 gravures sur bois. L’illustration choisie pour le document philatélique officiel est d’ailleurs une gravure de Bétemps d’après une gravure sur bois de Hartung « H 1973-21 ». Un petit catalogue de l’exposition est édité.

JPEG - 194 ko
Oeuvre de Hans Hartung « T 1958-3 »
Bon à tirer du timbre-poste signé à Antibes par Hartung le 30 avril 1980 (Détail) (N° Yv 2110) © ADAGP – H.Hartung
JPEG - 319.5 ko
OEuvre de Hans Hartung « T 1958-3 »
Timbre-poste de la Série artistique Emission en vente générale : 22 décembre 1980 Retrait : 8 janvier 1982 Impression : héliogravure (N° Yv. 2110)
JPEG - 232.8 ko
Bon à tirer de l’illustration du document philatélique officiel, 1980
D’après une gravure sur bois d’Hartung « H 1973-21 » Illustration gravée par Georges Bétemps

Bibliographie :

Le Patrimoine du timbre-poste français, Flohic, 1998, p. 697

Les artistes contemporains, 1961 – 1986. L’art et le timbre, édition Directiongénérale de la Poste, éd Musée de la Poste, 1987,reproduction. (hors commerce)

Notice philatélique, 1980-41

Bulletin officiel des PTT, circulaire du 20 octobre 1980, n° 341 Po 42

Hans Hartung, Anna-Eva Bergman, tapisseries et gravures, catalogue de l’exposition, Musée de la Poste, éd. Musée de la Poste, Paris, 1980 :
www.fondationhartungbergman.fr

Tous les ouvrages et périodiques sont consultables à la bibliothèque du Musée de La Poste.

Remerciements à Emilie Bernard