Afficher le menu Masquer le menu

Napoléon : des timbres et une belle expo en ce moment à Paris

Beaucoup de timbres ont été consacrés à Napoléon. Dont celui reprenant le tableau Bonaparte, premier consul, franchissant le col du Grand-Saint-Bernard peint par David. Une œuvre qui figure au sein d’une exposition actuellement présentée au musée de l’Armée à Paris.

En 2008, La Poste émettait un carnet consacré à des chefs-d’œuvre de la peinture. Aux côtés des timbres illustrés de La Joconde de Vinci et de la Jeune fille à la perle de Vermeer notamment, apparaissait aussi celui reprenant le tableau Bonaparte, premier consul, franchissant le col du Grand-Saint-Bernard peint en 1802 par Jacques-Louis David. Une œuvre initialement commandée par le roi Charles IV d’Espagne, alors allié de la France, dont David - à la demande de Napoléon - réalisera trois autres versions.

C’est l’une d’elle qui figure au sein de l’exposition « Napoléon et l’Europe » actuellement proposée au musée de l’Armée à Paris (et qui fait également l’objet de la couverture du catalogue édité chez Somogy-Editions d’art). Cette présentation remarquable est la première grande exposition consacrée à Napoléon depuis celle qui s’est tenue en 1969 à l’occasion du bicentenaire de la naissance de l’empereur. Elle réunit près de 300 objets - tableaux, caricatures, documents, livres, uniformes… - émanant d’une cinquantaine d’institutions culturelles et historiques européennes. Et permet de revisiter toute l’épopée napoléonienne bien au-delà de sa seule dimension militaire.

L’exposition témoigne ainsi de l’ambition européenne de Bonaparte puis de Napoléon 1er entre 1793 et 1815. En croisant notamment les regards de ses contemporains sur la guerre, la politique, l’administration, la monnaie, la propagande, les arts… Parmi les très nombreuses pièces intéressantes que recèle l’exposition : des exemplaires d’époque du code « Napoléon », des estampes présentant les forces navales en présence lors la bataille de Trafalgar, des caricatures anglaises sans retenue, les carnets autographes de la Symphonie héroïque de Beethoven et, quelques années plus tard, la partition écrite par le musicien du « Chœur en l’honneur des princes alliés »…

Bien d’autres timbres que celui illustré par le tableau de David ont été émis par La Poste. En 1951, Napoléon figurait sur une série dédiée aux grands hommes du début du XIXe siècle. En 2004, en même temps qu’un timbre Napoléon 1er, un autre rappelait la création tout juste deux siècles plus tôt du code civil, le code « Napoléon ». En 2005, celui évoquant Austerlitz. Tous ces timbres sont visibles au musée de La Poste, dans le panorama philatélique. (RP)

Recevez les billets du blog par courriel :