Afficher le menu Masquer le menu

Maquettes de malles-poste, wagons et avions postaux : les restauratrices rendent leurs copies

JPEG - 45.6 ko
Le Musée de La Poste a confié à Emilie Rouquié et Dalila Druesnes la restauration d’une vingtaine de ses modèles réduits, malles-poste, wagons et avions postaux.

Le musée poursuit ses campagnes de restauration.

Celle concernant les modèles réduits de malles-poste, wagons et avions postaux vient de s’achever.

C’est parfois avec des yeux d’enfants que les visiteurs du Musée de La Poste observent les modèles réduits exposés dans ses collections.

Non sans raison, les maquettes de malles-poste, wagons et avions postaux, avec la finesse de leur aménagement intérieur, leur décoration, leur multitude d’accessoires délicats, renvoient aux jeux du passé, à la maison de poupée, aux projections aventureuses…

Emilie Rouquié et Dalila Druesnes, les deux restauratrices à qui le musée a confié une vingtaine de ces modèles réduits, ont elles posé un autre regard sur ces objets d’abord porteurs d’histoire.

« La plupart des pièces étaient très empoussiérées, et certaines, malgré les précautions prises, avaient fini par s’encrasser, indique Emilie, spécialisée dans la restauration des objets en métal, on avait aussi constaté des déformations et des écaillages de peinture, des éléments fracturés, voire manquants. »

Le diagnostic posé, restait à déterminer les solutions. Pas toujours les mêmes selon l’objet, son état, son « âge » (certaines reproductions datent du XIXe siècle, d’autres sont plus récentes), l‘ampleur des opérations nécessaires.

« Il faut penser à différentes possibilités, parfois essayer, puis selon le résultat obtenu prendre une autre décision, poursuit Emilie, en particulier sur des objets composites tels que ces maquettes, les problématiques sont multiples. »

Si beaucoup de ces modèles réduits sont en effet constitués d’une base métallique, bien d’autres matériaux – souvent fidèles à ceux des véhicules d’origine – ont permis leur réalisation : bois pour le mobilier, plastique transparent pour les vitres, parchemin pour les sacs postaux, tissus pour les rideaux…

Wagon postal fabriqué en1880 ou « type 1926 », avion Junker construit en 1952… , à eux et à tous les autres Emilie a rendu – via nettoyage, remise en forme, reconstitution… – leur apparence originelle.

Et Dalila, la restauratrice « peinture », a restitué leurs couleurs.

« La difficulté, c’est toujours de trouver la bonne teinte, d’obtenir le même rendu, d’appréhender les modifications liées au séchage, explique-t-elle, dans ce domaine, la chimie intervient pour beaucoup. »

Les maquettes ont aujourd’hui réintégré leurs réserves. Pour certaines d’entre elles, en attendant d’être présentées à la réouverture du musée au sein des collections.

Rodolphe Pays

A chaque restauration son rapport

En matière de restauration, toute intervention doit être répertoriée… et réversible. Emilie Rouquié et Dalila Druesnes ont ainsi indiqué dans leur rapport le détail des opérations qu’elles ont effectuées – options choisies, produits employés… – sur les modèles réduits du Musée de La Poste.

Des informations illustrées de photos réalisées à chacune des étapes de leur travail. Dans ces rapports sont également susceptibles de figurer des signalements et préconisations émis par les restaurateurs.

Recevez les billets du blog par courriel :