Afficher le menu Masquer le menu

Les chantiers des collections

L’objectif est d’assurer aux collections de bonnes conditions de conservation et de sécurité, d’avoir une meilleure connaissance des collections, d’effectuer une campagne photographique et de réaliser les conditionnements avant déménagement.

Le « chantier des collections » est un ensemble planifié d’opérations scientifiques et matérielles de traitement sur les collections d’une institution patrimoniale, mises en place dans une organisation raisonnée et programmée pour répondre à un objectif précis comme par exemple la création de nouvelles réserves, l’opération de rénovation du musée, le transfert des collections.

1 Chantier de la bibliothèque

Le chantier de la bibliothèque (436 mètres linéaires) a été effectué en 2013 avec la société IBM Conservation et Grahal. Tous les ouvrages déclassés ont été réintégrés dans le classement par formats. Le chantier s"est déroulé en deux phases, la première concernant le traitement des collections mises en dépôt par le Musée de La Poste à la BHPT : Bibliothèque Historique des Postes et des Télécommunications (162 mètres linéaires constitués de 12 titres de périodiques (324 volumes) et de 10426 ouvrages et brochures), la seconde concernant le traitement du reste des collections de la bibliothèque destinées à rejoindre les réserves provisoires (275 mètres linéaires constitués de 804 titres de périodiques et de 1499 ouvrages).

Tous les ouvrages ont été dépoussiérés, identifiés, parfois conditionnés en boîtes ou étuis marqués avant d’être mis en cartons et calés en vue de leur transport.

JPEG - 197.1 ko
JPEG - 238 ko

JPEG - 210.7 ko
JPEG - 115.6 ko

2 Chantier des poinçons

Le chantier s’est effectué en 2012 avec la société Coll Expo Services.

Ce chantier a permis le conditionnement, le récolement et le rangement de 16543 poinçons soit 4,126 tonnes d’acier.

JPEG - 425.3 ko
JPEG - 362.5 ko

Identification, récolement, puis conditionnement et rangement dans la tour de stockage Kardex.

JPEG - 467.6 ko
JPEG - 381.4 ko
JPEG - 466.1 ko

3 Chantier des textiles

Ce chantier initié en 2012 s’est poursuivi en 2013 en interne.

Tous les textiles ont été récolés, identifiés, mis sous housses et cintres de conservation.

Les pantalons, robes et jupes ont été rangés à plat dans des boîtes de conservation adéquates.

JPEG - 576.9 ko
JPEG - 292.7 ko

JPEG - 229.3 ko
JPEG - 234.8 ko
JPEG - 2 Mo
JPEG - 330.8 ko
JPEG - 1.8 Mo

Tous les textiles et les accessoires ont été rangés dans des penderies dans les réserves provisoires.

4 Chantier du mobilier

Ensemble de pièces utilisées dans un des établissements postaux (bureaux de Poste, centres de tri, bureaux de direction, ambulants). Chaises, fauteuils, bancs, tabourets, bureaux, tables d’ouverture et de redressement, chaises de Pacha, banques de guichet, grilles de guichet et de cabines financières, cabines téléphoniques, poste-restantes (boîtes à cocus), trousse-couilles, étendeurs pour sacs postaux, armoires, bibliothèques, meubles classeur, coffres-forts, éléments de décoration.

Un total de 248 pièces.

Le chantier a été organisé en 5 phases :

  • Dépoussiérage de fond
  • Dépoussiérage de détail
  • Application de la popote et lustrage
  • Prise de vue
  • Montage des palettes livrées en Kit
JPEG - 4 Mo

Le rangement s’effectue par typologie de mobilier, les chaises avec les chaises, les bureaux avec les bureaux ; les plus légers prennent place sur les rangées du haut, les plus lourds sur celles du bas. Les chaises et les tables d’un même bureau de Poste sont placées dans la même travée, les unes au-dessus des autres.

JPEG - 4.1 Mo

JPEG - 15.3 ko
Avant
JPEG - 20.6 ko
Après

5 Chantier du médailler

Le chantier a été effectué en 2013 avec la société IBM Conservation et Grahal.

973 objets (écussons, boutons, jetons, médailles, plaques de poste) ont été dépoussiérés, inventoriés, photographiés et conditionnés dans un médailler.

JPEG - 12.1 ko
JPEG - 156.6 ko

Nettoyage au blanc de Meudon des écussons.

JPEG - 17.1 ko
JPEG - 16.2 ko
JPEG - 16.8 ko

Après nettoyage, conditionnement spécifique.

6 Chantier école

Des élèves conservateurs et restaurateurs de l’Institut national du patrimoine et des étudiants de 2e cycle de l’École du Louvre en chantier-école au musée de La Poste du 1er au 5 juin 2015.

Les acteurs

L’Institut national du patrimoine est un établissement d’enseignement supérieur du ministère de la culture et de la communication. Il a pour mission le recrutement par concours et la formation initiale des conservateurs du patrimoine de l’État, de la fonction publique territoriale et de la Ville de Paris ainsi que la sélection, également par concours, et la formation des restaurateurs du patrimoine habilités à travailler sur les collections publiques. La formation dans un même établissement à ces deux métiers étroitement complémentaires est une originalité unique en Europe.

Les conservateurs du patrimoine ont pour mission d’étudier, de classer, de conserver, d’entretenir, d’enrichir, de mettre en valeur et de faire connaître le patrimoine. Ils en favorisent le partage avec les publics les plus larges. Ils participent et veillent à l’approfondissement de la recherche scientifique appliquée au patrimoine. Les restaurateurs interviennent sur la matière des œuvres et objets ayant une valeur patrimoniale, afin de les transmettre aux générations futures. Ils agissent lorsque cette matière est menacée et que le vieillissement, les accidents, les remaniements ont fragilisé les œuvres, perverti ou masqué leur image.

L’Ecole du Louvre est un établissement d’enseignement supérieur qui dispense des cours d’histoire de l’art, d’archéologie, d’épigraphie, d’histoire des civilisations, d’anthropologie et de muséologie. Elle propose en 2e cycle, entre autres, « des parcours professionnalisants » dont les métiers du patrimoine qui forment au métier de régisseur des collections patrimoniales.

Les problématiques du chantier défini par l’Institut national du patrimoine

  • Respecter le classement des réserves par domaines déterminé par le musée
  • Améliorer les conditions de conservation des collections n’ayant pas intégré les précédentes chaînes opératoires
  • Optimiser les conditionnements
  • Proposer des conditionnements pérennes adaptés au transfert des collections entre les réserves temporaires et les futures qui se situeront au sous-sol du musée rénové
  • Proposer des conditionnements pérennes et facilement accessibles afin de faciliter le transfert des collections dans le cadre des prêts fréquents

Le chantier

Les élèves conservateurs du patrimoine de la promotion Honoré Daumier (2015-2016), les élèves de 1re année du Master « Restaurateur du patrimoine » et les élèves du Master 2 « Métiers du patrimoine » de l’École du Louvre participent en équipe aux chantiers des collections. Encadrés par des professionnels, restaurateurs du patrimoine ou régisseurs, les élèves apportent une aide concrète et effective, dans une totale collégialité avec les responsables des collections publiques des établissements d’accueil en concevant une chaîne de traitement efficiente en réponse aux objectifs fixés par l’Institution d’accueil : amélioration des conditions de conservation, programmation des opérations de transfert ou de conservation, enrichissement de la documentation.

Pour le Musée de La Poste, le chantier concerne les objets donnés par d’anciens musées postaux de St Macaire, de Nantes et de Caen inventoriés et conservés dans les réserves externalisées du musée. Ces objets n’avaient pas fait partie du chantier objet (rubrique chantier objet), il restait donc à les conditionner. Ainsi chaque objet bénéficie d’un traitement qui lui apporte les conditions optimales de conservation mais aussi de protection pour un futur transfert dans les futures réserves du musée rénové.

JPEG - 1.6 Mo

« Nous le dépoussiérons, nous le photographions et enfin nous le conditionnons. Le but étant de trouver le conditionnement convenant le mieux à l’objet traité. Il faut aussi adapter les divers matériaux de conditionnement pour rentabiliser l’espace des réserves » explique Anne-Claire Garbe, élève-conservateur à l’Institut national du patrimoine.

JPEG - 1.6 Mo

« Nous mesurons aussi les objets, nous les nettoyons si nécessaire notamment les traces de rouille corrosion et de moisissure puis nous créons des contenants. Nous effectuons aussi le récolement [1] », ajoute Gilles Le Berre élève conservateur à l’Institut national du patrimoine.

 [1]

Le bilan du chantier

Le chantier a été une réussite, 176 objets ont été traités (sur environ 350) par 13 élèves dont 7 futurs conservateurs, deux futurs restaurateurs et quatre futurs régisseurs. Plusieurs chaînes opératoires ont été créées :

  • Autour des jouets et objets hippiques : dépoussiérage, marquage, constat d’état, création de contenant, prise de vue, pointage sur inventaire, localisation des contenants, ou aménagement des bacs.
  • Autour des sacoches et portefeuilles en cuir : dépoussiérage, marquage, constat d’état, prise de vue, pointage sur inventaire, localisation des contenants, création de portfolio individuel.
  • Autour de la vaisselle : dépoussiérage, marquage, constat d’état, prise de vue, pointage sur inventaire, localisation des contenants, aménagement des bacs en vue d’un transfert des collections.
  • Création de conditionnements particuliers pour un phonographe et un masque à gaz.

Le musée remercie vivement ces élèves et leurs coordinateurs. Le chantier sera terminé en interne par le personnel du service patrimoine.

[1Depuis la loi relative aux Musées de France de 2002, tous les musées contrôlés par l’Etat sont soumis à une obligation de récolement intégral et normalisé de leurs collections tous les dix ans. Le récolement consiste - entre autres – à « vérifier sur pièce et sur place, à partir d’un bien ou de son numéro d’inventaire, […] la conformité de l’inscription à l’inventaire avec le bien ainsi que, le cas échéant, avec les différentes sources documentaires, archives, dossiers d’œuvres, catalogues ». Sont également vérifiés : la présence du bien, sa localisation, son état et son marquage

JPEG - 1.7 Mo
Maxime Déchauffour, élève restaurateur à l’Institut national du patrimoine « en prise »avec la cage à pigeon
JPEG - 1.1 Mo
La cage à pigeons dans son contenant
JPEG - 3.9 Mo
Contenant vaisselle
JPEG - 3.6 Mo
Conditionnement assiettes
JPEG - 3.6 Mo
Création d’un contenant
JPEG - 3.9 Mo
Le contenu
JPEG - 2.4 Mo
Traitement d’une sacoche
JPEG - 1 Mo
Sacoches après conditionnement
JPEG - 4 Mo
Création d’un futur contenant, l’objet y sera adapté
JPEG - 3.6 Mo
Contenant terminé
JPEG - 3.4 Mo
Contenant pour modèles réduits (wagons)
JPEG - 4.1 Mo
Création d’un conditionnement particulier pour un masque à gaz.
JPEG - 1.7 Mo
Contenant objets art postal