Afficher le menu Masquer le menu

Le « nouveau » Musée de La Poste prend toutes ses formes

JPEG - 11.6 ko
Encore protégés, les vitrines du rdc du musée et le fronton sont achevés.

Façade achevée, vitrine du rez-de-chaussée posée, escaliers installés, « totem » en place, terrasses montées…

Le « nouveau » Musée de La Poste prend toutes ses formes. La réouverture approche, rendez-vous en 2019…

Signe que la transformation voulue de fond en comble du bâtiment est en bonne voie, la façade du Musée de La Poste apparaît depuis l’été comme neuve.

JPEG - 13.8 ko
Les escaliers se dressent déjà vers les étages.

Une rénovation achevée et déjà visible que les passants et habitants du quartier constatent quotidiennement.

Et l’intérieur se prépare lui-aussi à sa renaissance. A se montrer sous ses plus beaux nouveaux jours.

C’est peu de dire que les fidèles du musée, ses amis, ses visiteurs d’un moment ou de toujours attendent dorénavant avec impatience la réouverture. Que tous se rassurent, elle se profile. Maintenant vraiment.

On ne parle désormais plus en années, ce n’est en effet aujourd’hui plus qu’une question de mois. De quelques mois quand même. Rendez-vous en 2019…

JPEG - 12.5 ko
Le puits de lumière – le « totem » – finit de s’ériger lui-aussi.

Au pied de la façade, l’installation de la vitrine du rez-de-chaussée est terminée.

Baies de verre géantes, fronton laqué, lorsque les protections seront retirées, le spectacle sera beau dès l’accès au bâtiment.

Et tout de suite, le hall et les escaliers qu’empruntera bientôt le public se dressent vers les étages. Encore un peu d’habillage et ces praticables seront prêts à être foulés.

JPEG - 10.4 ko
Les terrasses s’aménagent..

Le puits de lumière – le « totem » – finit de s’ériger lui-aussi.

Verre, métal s’entrecroisent, se renvoient la lumière. Le cœur du futur musée. Et les trois plateaux qui abriteront les collections prennent forme définitive.

Et tout là-haut, au sommet du bâtiment, des terrasses s’aménagent, des installations techniques se bouclent…

C’est encore un chantier, mais la coquille se brise, elle commence à être bêchée, le musée n’est pas loin d’éclore…

Rodolphe Pays

(photos Thierry Debonnaire)

Recevez les billets du blog par courriel :