Afficher le menu Masquer le menu

L’idée d’un musée postal en France date de la fin du XIXe siècle. En 1889, Arthur Maury, grand négociant et collectionneur, propose la création d’un musée. En 1898, la Société française de timbrologie interpelle sur ce sujet Léon Mougeot, sous-secrétaire d’Etat des Postes et Télégraphes rappelant que le voisin allemand possède son musée depuis 1872. Le premier conflit mondial éteint toute initiative dans ce domaine.

Il faut attendre l’entre deux guerres pour voir les actions communes des associations philatéliques aboutir à la décision de création d’un Musée postal. Eugène Vaillé, bibliothécaire au ministère des Postes, réunit nombreuses pièces d’archives et documents iconographiques sur l’histoire de la poste. A la fin de l’année 1933, Jean Mistler, ministre des PTT, s’intéresse aux travaux de Vaillé et envisage la création d’un musée. Ce dernier naît en 1936, par la décision de Georges Mandel, ministre des Postes de 1934 à 1936.

JPEG - 12.3 ko
Musée postal
rue Saint-Romain, Photographie, vers 1950


1 - Maquette du timbre-poste Pour le Musée postal, dessinée par Jules Piel, 1939

Inspiré du tableau La Lettre de Jean-Honoré Fragonard (1732-1806), ce timbre-poste a été émis le 6 juillet 1939 pour aider à la création du musée postal réclamé depuis plusieurs années par les associations de philatélistes. Une importante surtaxe devait permettre l’enrichissement des collections et l’acquisition du mobilier d’exposition et de conservation. L’emplacement même du musée a été décidé : l’hôtel de Choiseul-Praslin, au 4, rue Saint-Romain dans le 6e arrondissement de Paris.

Malgré son importante surtaxe (0,60 F), le timbre, gravé en taille-douce, rencontre un grand succès puisque la totalité du tirage, soit 1,294 million d’exemplaires, est vendue. Le projet est engagé et les premières collections transférées dans les locaux de la rue Saint-Romain. L’entrée en guerre de la France le 2 septembre 1939, la défaite et l’Occupation à partir de 1940 en décident autrement… Néanmoins, le 31 décembre 1942, le Musée postal est officiellement confirmé par une loi de finances (art. 47, BO n°1, daté du 10 janvier 1943).

JPEG - 12.5 ko
Maquette du timbre-poste « Pour le musée postal »
Dessinée par Jules Piel, crayon et encre sur papier (Inv. 3141)


2 - Bon à tirer du timbre-poste Pour le Musée postal, dessiné et gravé par Henri Cheffer, 1946

La date de l’émission de ce timbre-poste correspond au jour inaugural du Salon de la philatélie, première grande manifestation philatélique de l’après-guerre, qui occupe pour une quinzaine de jours (du 25 mai au 10 juin 1946) deux étages des Grands Magasins du Printemps, à Paris. Une nouvelle tentative est faite pour rassembler des fonds pour le Musée postal grâce à la surtaxe de 3 F. C’est à l’occasion de ce Salon que le jeune ministre des Postes et des Télécommunications, Jean Letourneau (1907-1957), annonce l’inauguration du Musée postal. Cette dernière a lieu le 4 juin 1946, à l’hôtel de Choiseul-Praslin, à Paris.

Le 27 avril 1947 est fondée la Société des Amis du Musée postal (SAMP) dont la mission est de soutenir l’activité et l’enrichissement des collections du musée. Le sujet du timbre, dessiné et gravé en taille-douce par Henri Cheffer (1880-1957), reprend une oeuvre gravée d’Etienne Fessard (1714-1774) d’après un tableau de Jean-Baptiste Siméon Chardin (1699-1779) intitulé Dame cachetant une lettre ou Le cachet de cire, de 1733. Toutefois, le timbre-poste n’est pas la reproduction de la toile de Chardin mais celle d’une copie inversée sur laquelle les deux personnages sont gauchers.

JPEG - 11.8 ko
Bon à tirer du timbre Pour le musée postal
dessiné et gravé par Henry Cheffer (Inv.2010.0.56)


3 - Document philatélique officiel et poinçon d’illustration Musée postal. Musée de la poste et de la philatélie, dessiné et gravé par Jean Pheulpin, 1973

Succédant au Musée postal de la rue Saint-Romain, la Maison de la poste et de la philatélie a ouvert ses portes au 34, boulevard de Vaugirard à proximité de la gare Montparnasse. Construit sur un terrain acheté par l’administration en 1966, l’édifice moderne qui se substitue au vieil et charmant hôtel de Choiseul-Praslin est conçu par André Chatelin et orné de bas-reliefs futuristes de Robert Juvin. Le nouveau musée est inauguré le 18 décembre 1973 par Hubert Germain, ministre des PTT. A cette occasion un timbre commémoratif est émis le 19 décembre 1973. Dessiné et gravé par Jean Pheulpin (1907-1991), il représente la façade du nouveau musée.

Le même jour est mis en vente le premier « document philatélique officiel ». Sa vente permettra au musée « d’augmenter ses ressources propres et disposer de moyens financiers nécessaires à son rayonnement ». Chaque émission fera désormais l’objet d’un « document philatélique officiel ». Il sera conçu et produit pour le musée jusqu’au 1er janvier 1990. Sa conception et sa commercialisation seront reprises par le service de conception des timbres, aujourd’hui nommé Phil@poste.

JPEG - 18.2 ko
Document philatélique officiel du Musée postal
(Inv. 2010.0.68)


4 - Feuille de timbres-poste autocollants Eugène Vaillé (1875-1959), dessinés et gravés par André Lavergne, 2009

Le timbre-poste Eugène Vaillé a été émis le 21 septembre 2009 pour le cinquantenaire de sa mort. Homme de lettres, historien, docteur en droit, auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire de la Poste, il est le créateur et le premier conservateur du Musée postal (1946-1955).

Né le 10 août 1875 à Bédarieux, dans l’Hérault, Eugène Vaillé se destine à des études de droit. Titulaire d’un doctorat, il entre dans l’administration des Postes et des Télégraphes en 1894 tout en poursuivant une importante activité littéraire. Rédacteur en chef de la revue Panurge, il est nommé en 1920 bibliothécaire au ministère des PTT. Il y découvre des archives et ouvrages anciens qui fourniront une base documentaire à son oeuvre : l’Histoire générale des postes françaises, publiée de 1947 à 1955.

Parallèlement à ce travail d’historien, il constitue une collection d’archives qui formera l’embryon du Musée postal dont il est nommé conservateur le 30 novembre 1943. Celui-ci ouvrira ses portes en 1946, dans l’hôtel Choiseul-Praslin, à Paris, représenté en arrière plan du timbre-poste. Eugène Vaillé en assure la direction jusqu’en 1955, date à laquelle il quitte le musée pour rejoindre son pays natal. Il s’éteint à Riols en 1959.

JPEG - 25.4 ko
Feuille de timbres-poste autocollants Eugène Vaillé
(détail) Dessin et gravure d’André Lavergne (Inv.2010.0.56)

Bibliographie :

Eugène Vaillé (1875-1959), Les dossiers de Relais, Hors série, n° 9/2009, Revue de la Société des Amis du Musée de La Poste, 60 p.