Afficher le menu Masquer le menu

Le Musée de la Grande Guerre de Meaux raconte comment les violences de 14-18 ont transformé la sphère familiale

« Familles à l’épreuve de la guerre »…

Le titre de l’exposition proposée au Musée de la Grande Guerre de Meaux dit tout : c’est de maris, de femmes, d’enfants, de parents, de cousins, tous séparés, menacés, déboussolés par le conflit de 14-18 dont il est question ici.

Les nombreux courriers présentés au sein de l’accrochage témoignent de l’importance du service postal pour toutes ces familles dont la vie s’est trouvée bouleversée par la Première Guerre mondiale.

Et le Musée de La Poste est présent à travers une offre d’objets rappelant cette période disponibles à la boutique du musée de Meaux.

Les commémorations liées au centenaire de la Grande Guerre, entamées il y a quatre ans, s’achèveront cet automne avec la célébration de l’armistice du 11 novembre 1918.

Si déjà beaucoup de projets – manifestations, publications expositions… – ont vu le jour pour rappeler la Première Guerre mondiale, d’autres initiatives continuent toujours d’être lancées. Comme au Musée de la Grande Guerre de Meaux, en Seine-et-Marne.

Une entreprise d’autant plus intéressante qu’elle se démarque des (légitimes) évocations essentiellement historiques, stratégiques et militaires souvent traitées par ailleurs.

Ce sont en effet d’autres aspects du conflits qui sont abordés : ceux des bouleversements intimes qu’a entraînés la guerre au sein même de millions de familles.

L’exposition qui se tient à Meaux s’attache ainsi à montrer les répercussions que la guerre de 14-18 a générées dans quasiment tous les foyers Français.

JPEG - 7.9 ko
« L’exposition parle de nos aïeux, de nos familles, c’est notre histoire qu’elle invite à découvrir. » Jean-Yves Le Naour, historien spécialiste de la Première Guerre mondiale, commissaire de l’exposition.

« Ce qui est présenté ici nous parle, à nous, parce que cela parle de nos aïeux, de nos familles, indique Jean-Yves Le Naour, historien spécialiste de la Première Guerre mondiale et commissaire de l’exposition, c’est cette histoire, notre histoire, que l’exposition invite à découvrir, à redécouvrir. »

C’est d’abord l’état des lieux de la société française d’avant-guerre que les visiteurs découvrent. Une société structurée à l’identique pour toutes les populations – qu’elles soient rurales, ouvrières ou bourgeoises – par le mariage, vécu comme un rite obligé de vie.

Et dont l’organisation immuable est mise à mal par la séparation qu’occasionne la mobilisation des hommes. Documents, iconographie à l’appui, les nouveaux modes de fonctionnement de la cellule familiale sont montrés, expliqués. Pendant que sur le front, les soldats font face à l’absence.

Attente des permissions, des nouvelles des proches, menace de la mort… : c’est toute la question des besoins affectifs, moraux et physiques que pose l’accrochage.

Les correspondances jouent alors un rôle essentiel – beaucoup de lettres, de témoignages sont exposés -, établissant un lien avec la vie d’avant, la vie réelle, la vie désormais rêvée.

Le deuil est aussi forcément au cœur de l’exposition : 700 000 veuves (devenues malgré elles chefs de famille), 800 000 orphelins… Presque toutes les familles françaises sont touchées, près de 10 millions de personnes pleureront un proche durant le conflit.

L’arrêt des hostilités, en novembre 1918, ne mettra pas un terme au bouleversement profond qu’a connu la société française.

Le pays est brisé au sortir de la guerre. Les familles et les démobilisés doivent affronter les blessures, physiques, psychologiques, les cassures, les habitudes prises, les sentiments révélés…

Entre les retrouvailles fantasmées et les réalités nouvelles du foyer, c’est toute l’ambivalence du retour que l’exposition aborde. Via des objets familiers, des œuvres, des écrits, des propos rapportés…

Autant d’objets et de mots qui disent sans détour, souvent avec délicatesse, comment les repères familiaux ont pu se déliter,

JPEG - 52.5 ko
Les hommes au front, l’exposition montre comment les femmes sont devenues les chefs de famille.

Les hommes au front, l’exposition montre comment les femmes sont devenues les chefs de famille, comment les liens amoureux, filiaux ont parfois perduré, se sont aussi renouvelés ou encore brisés du fait le la guerre.

« Les soldats qui reviennent ne sont pas ceux qui sont partis, les femmes qu’ils retrouvent, les enfants ont changé aussi, conclut Jean-Yves Le Naour, la relation à l’autorité a évolué, il faut alors réapprendre à vivre, à partager l’autorité, à investir de nouveaux champs de liberté… »

Rodolphe Pays

(photos Bruno Pattou)

Familles à l’épreuve de la guerre, jusqu’au 2 décembre, Musée de la Grande Guerre-Pays de Meaux, rue Lazare Ponticelli, Meaux (Seine-et-Marne).

Ouvert tous les jours (sauf le mardi) de 9 h 30 à 18 h.

Le Musée de La Poste présent au Musée de la Grande Guerre de Meaux

Reproductions de sacoches de facteurs, de boîtes aux lettres miniatures utilisées pendant la Première Guerre mondiale…, le Musée de La Poste propose une sélection d’objets au sein de la boutique du Musée de la Grande Guerre de Meaux.

JPEG - 99.5 ko
Le Musée de la Grande Guerre de Meaux a été érigé en 2011 sur le territoire historique de la première bataille de la Marne. Ses collections permanentes reposent notamment sur les objets et documents liés à la Première Guerre mondiale que l’historien Jean-Pierre Verney a rassemblé pendant plus de 40 ans. L’exposition temporaire « Familles à l’épreuve de la guerre », qui traite des bouleversements affectifs structurels vécus dans les foyers en 14-18, se tient jusqu’au 2 décembre 2018
Recevez les billets du blog par courriel :