Afficher le menu Masquer le menu

La première exposition d’une nouvelle galerie parisienne consacrée à des photos du « Mali d’hier »

Des images du Mali défilent depuis des mois sur les écrans. Des images d’une période troublée : dramatiques, brutales, d’espoir aussi…

Le Mali a connu d’autres heures, plus sereines, plus apaisées. Une belle exposition de photos en témoigne en ce moment à Paris. Des timbres et des dessins au musée de La Poste également.

Proposée dans un espace culturel tout récemment ouvert au cœur du XIVe arrondissement de Paris, une exposition intitulée « Mali d’hier » réunit les travaux de trois photographes chevronnés. D’abord ceux de Malick Sidibé, surnommé « l’œil de Bamako », considéré comme le meilleur photographe contemporain du pays (prix de la Fondation Hasselblad en 2003, Lion d’Or à la biennale de Venise en 2007… ), l’héritier de Seydou Keita, le « pape » de la photo malienne. Des clichés aussi de Philippe Salaün, tireur noir et blanc de renom (pour Doisneau, Boubat… ) et voyageur-photographe infatigable. Et ceux de Pierre Josse (photo), éternel curieux et rédacteur en chef globe-trotter des guides du Routard. Beaucoup de portraits, d’enfants, de jeunes femmes, de vieillards… Quelques paysages, des bâtisses… Le Mali d’il y a 10, 20 ou 30 ans. Le Mali de demain ?

Pierre Josse est un fidèle du musée de La Poste. D’abord un visiteur régulier, intéressé par la plupart des expositions proposées ces dernières années. Il a également présenté ses réalisations de mail art dans un récent accrochage consacré aux carnets de voyage, dans lequel figuraient aussi des dessins du Mali. D’autres images de ce pays de 15 millions d’habitants apparaissent au musée. Notamment au sein du panorama philatélique, en particulier avec le timbre émis en 2010 pour le cinquantième anniversaire des indépendances africaines. (RP)

Recevez les billets du blog par courriel :