Afficher le menu Masquer le menu

« La culture pour tous est le disque dur de la citoyenneté »

JPEG - 110.5 ko
Le Musée de La Poste a organisé plusieurs ateliers de mail art en partenariat avec la ville d’Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis (à droite de la photo « médaillon », Vonick Morel).

Au service de tous, La Poste est naturellement amenée à être présente dans le champ social. Une démarche à laquelle le Musée de La Poste ne pouvait qu’également adhérer. Vonick Morel, directrice du développement du musée, explique comment.
Volet 1.

Le Musée de La Poste s’investit notablement dans le champ social. Comment cette présence s’articule-t-elle avec la vocation du musée ?

Théorisé par Pierre Bourdieu, le concept de champ – politique, artistique… – a été repris dans son acception sociale par les institutions culturelles. Le champ social recouvre ainsi « les personnes qui ne s’autorisent pas à fréquenter les lieux de culture en raison de leur situation de vulnérabilité ou d’exclusion ». L’intérêt que La Poste porte à ces populations ne date pas d’hier. Etre accessible à tous, géographiquement, économiquement, socialement a toujours été sa mission.

Il était cohérent que son musée le soit culturellement. Le fait que nos collections soient aussi génétiquement associées au message, à la correspondance – au mail art également, une pratique susceptible de rapprocher de l’écrit des gens qui en sont éloignés – a en particulier conduit au choix d’un engagement de résistance à l’illettrisme.

JPEG - 125.6 ko
Image de Sébastien Marchal pour le journal L’Humanité.

Comment ce soutien se traduit-il ?

Par des partenariats avec des villes comme Aubervilliers, Grigny, des présences lors de manifestations qu’elles organisent, des animations, des ateliers… Des actions, souvent sur mesure, menées en liaison avec des acteurs sociaux, associations, missions locales, écoles de la deuxième chance…

Sur le territoire francilien, plus de 1000 personnes ont ainsi pu renouer depuis le début de l’année avec l’écrit. La clef de l’efficacité, c’est de travailler dans la durée, de rejoindre un réseau. Et c’est tout le sens de la récente intégration du musée au comité consultatif de l’Agence Nationale de Lutte Contre l’Illettrisme.

Et au-delà de l’illettrisme…

L’action du musée s’inscrit dans une politique globale de développement culturel destinée à tous les publics : les scolaires, avec une mallette pédagogique sur la citoyenneté, illustrée par la philatélie ; les seniors, avec des conférences et des concerts ; le grand public, avec des expositions sociétales dans des bibliothèques, des collectivités. Et bien sûr dans la réflexion sur le nouveau musée qui verra le jour à l’horizon 2017, avec la conviction partagée que la culture pour tous est bien le disque dur de la citoyenneté.

Renseignements auprès de Noémie Boudet au 01 42 79 23 05 ou via l’adresse noemie.boudet@laposte.fr

Propos recueillis par Rodolphe Pays

Le musée intègre le comité consultatif de l’ANLCI

Créée en 2000, l’Agence Nationale de Lutte Contre l’Illettrisme (ANLCI) – qui fédère partenaires publics et privés – est le pivot de la mobilisation face à l’illettrisme. L’ANLCI appuie son action sur un comité consultatif qui regroupe de nombreux acteurs du champ social, partenaires sociaux, Fondations… dont désormais le Musée de La Poste.

Pour en savoir plus

Recevez les billets du blog par courriel :