Afficher le menu Masquer le menu

L’Atlas tient salon au musée de La Poste

Dans l’exposition Au-delà du Street art, l’espace réservé à L’Atlas est un peu différent de ceux occupés par la dizaine d’autres artistes dont des travaux sont également présentés. Description du lieu, des oeuvres... et mini portrait de l’artiste.

Les autres ont investi des espaces plus ouverts. L’Atlas, lui, occupe un endroit presque clos, une pièce aveugle aux cloisons et plafond blancs. Comme un salon chic, élégant, à la froideur délibérée, à l’ascétisme calculé… Aux murs, quatre grands panneaux verticaux déclinent chacun une série de motifs répétés, ajustés, entrelacés. Dans les tons chers à l’artiste, noirs, gris et blanc. Des coulures savantes par endroits, des dégradés aussi, apportent ce qu’il faut de chaleur. Un cinquième panneau, au format plus carré, reprend ces mêmes motifs en un éclaté solaire. L’ensemble, réalisé en 2011, s’intitule Punitions. Des « remontrances » que les visiteurs goûtent quotidiennement avec délectation.

Le sol du « salon » a lui aussi été conçu par L’Atlas. Spécialement pour l’expo. C’est un « tapis » octogonal aux traits noirs, un labyrinthe comme il les affectionne. Sur un des murs, un écran de télévision montre ce dernier en plein travail, dans son atelier, dans la rue… Ne manque plus qu’une table basse, et on s’installerait pour la soirée…

Né dans une famille de professionnels du cinéma, L’Atlas a d’abord hérité de l’amour de l’image. « Jeune, j’ai travaillé dans le montage, explique-t-il, coller ensemble des images qui font sens m’a beaucoup influencé. » Passionné par le travail du trait et de l’écriture, il a étudié la calligraphie arabe traditionnelle au Maroc, en Egypte et en Syrie. Il s’intéresse tout particulièrement au « koufi », écriture géométrique (originaire semble-t-il de Koufa, en Irak) dont il transpose les codes dans l’alphabet latin, créant ainsi sa propre typographie. Pour L’Atlas, toute lettre est une forme. Et toute forme une lettre. On pourra encore le constater jusqu’au 30 mars dans son salon du musée de La Poste. (RP)

« Au-delà du Street art », jusqu’au 30 mars, galerie du Messager, L’Adresse Musée de La Poste, 34 boulevard de Vaugirard, Paris 15e. Tél. : 01 42 79 24 24.

Recevez les billets du blog par courriel :