Afficher le menu Masquer le menu

Jean-Charles de Castelbajac a dessiné le timbre « Cœur » 2015 en bleu, jaune et rouge

JPEG - 20.5 ko
Jean-Charles de Castelbajac présente son timbre « Coeur » (photo Guilhem de Castelbajac).

Dessiné par Jean-Charles de Castelbajac, le timbre « Cœur » 2015 a été dévoilé hier. L’événement se déroulait à l’hôtel de Choiseul-Praslin, l’ancien site du Musée de La Poste.

C’est un peu le Musée de La Poste qui accueillait hier la soirée de dévoilement du timbre « Cœur » 2015. L’événement se déroulait en effet à l’hôtel de Choiseul-Praslin, dans le 6e arrondissement de Paris, bâtisse que le musée a occupé de sa création, en 1946, à 1973, année où il a rejoint le boulevard de Vaugirard. Ce lieu exceptionnel – érigé en 1722, inscrit au titre des monuments historiques – demeure toujours postal : avec un bâtiment plus récent qui le jouxte, il forme désormais le siège de La Banque Postale.

Un endroit qu’apprécie particulièrement Jean-Charles de Castelbajac, à qui La Poste a confié le soin de créer le timbre « Cœur » émis cette année encore à l’occasion de la Saint-Valentin. « A l’époque où il était inoccupé, je passais régulièrement devant cet hôtel particulier, il était comme seul, abandonné, c’était à la fois beau et mystérieux, raconte le créateur de mode, c’est pourquoi je me félicite que le lancement du timbre s’y tienne. »

JPEG - 3.3 ko
Pascal Roman, conseiller historique du Musée de La Poste, a fait découvrir l’hôtel de Choiseul-Praslin à de nombreux invités.

Plusieurs centaines de personnes se sont ainsi retrouvées pour cette soirée dédiée à l’amour. Le monde des philatélistes y côtoyait celui de la mode, Claude Désarménien, le président de la Fédération Française des Associations Philatéliques (FFAP) était ainsi susceptible de croiser à tout moment le galeriste et journaliste Emmanuel de Brantes… Postiers, imprimeurs, attachés de presse à oreillette et mannequins étaient aussi venus nombreux…

JPEG - 12.6 ko
Jean-Charles de Castelbajac et Philippe Wahl.

S’adressant à Jean-Charles de Castelbajac et aux invités, Philippe Wahl, le Président de La Poste a rappelé que l’opération Timbre Cœur avait démarré il y a quinze ans avec Yves Saint-Laurent. Et que cette tradition rendait hommage à l’amour et aux sentiments élevés. « Vous avez utilisé le jaune et le bleu, qui sont les couleurs de La Poste, et le rouge, qui figure celle de l’amour, a-t-il dit à l’artiste, c’est un très beau travail, une œuvre magnifique. » Jean-Charles de Castelbajac a quant à lui remercié « la grande famille de La Poste, que je commence à connaître » et indiqué la joie qu’il avait eue à « mener cette aventure avec elle ».

Le timbre créé est à l’unisson du plaisir de l’artiste. Deux visages stylisés dessinés de profil s’y font face, se donnant un baiser « esquimau ». Aux cous des personnages, des mains esquissées rappellent les ailes de la colombe de la paix de Picasso. Et autour d’eux, des cœurs – bleu, jaune et rouge – ou des étoiles (selon la version « 20 » ou « 50 » grammes du timbre) ajoutent de l’onirisme à la scène. Des couleurs qui s’affichaient également aux fenêtres de l’hôtel de Choiseul-Praslin, devenues un soir des vitraux de cœur…

Rodolphe Pays

Photos Thierry Debonnaire

Timbre « Cœur » 2015, création Jean-Charles de Castelbajac, mise en page Aurélie Baras, impression héliogravure. En vente à partir de lundi 26 janvier (les deux versions du timbre et le bloc de 5 timbres) à la boutique du Musée de La Poste, 21 avenue du Maine, Paris 15e (ouverture du lundi au vendredi de 10 h à 18 h). Tél. : 01 53 71 98 49.

Jean-Charles de Castelbajac est né en 1949 à Casablanca, au Maroc. De retour en France, sa famille s’installe dans le Limousin, où sa mère monte un atelier de confection. Le jeune Castelbajac y fera son apprentissage de créateur de mode. Et puis tout s’enchaînera : premier défilé à Paris en 1969, implantation d’une boutique place St-Honoré, collaboration avec Courrèges, haute couture, costumes de scènes, installations d’art contemporain… Et en 2015, trois timbres pour La Poste, le « Bleuet de France » et les deux timbres « Cœur ».

Inauguré en 1722 , l’hôtel de Choiseul-Praslin a été construit pour la comtesse de Choiseul par l’architecte Sulpice Gaubier. Il a ensuite appartenu à Louis XV, puis est passé dans les mains de plusieurs propriétaires. Acheté par l’Etat en 1886, la Caisse nationale d’épargne y est alors implantée. A sa création en 1946, le musée de La Poste s’y installe et y restera jusqu’en 1973 avant de rejoindre son actuel site, boulevard de Vaugirard. L’hôtel sera racheté en 2000 par La Banque Postale, qui engagera d’importants travaux de rénovation.

Recevez les billets du blog par courriel :