Afficher le menu Masquer le menu

Il y a 50 ans : l’Opéra de Paris inaugurait son nouveau plafond peint par Chagall et apparaissait sur un timbre marquant le XXe anniversaire de la Libération

Il y a 50 ans, l’Opéra de Paris inaugurait son nouveau plafond, une œuvre exceptionnelle de Marc Chagall, et faisait aussi l’objet d’un timbre marquant notamment le vingtième anniversaire de la libération de Paris.

Le 23 septembre 1964, en présence du tout-Paris, le nouveau plafond de l’Opéra Garnier est inauguré par André Malraux, le ministre des Affaires culturelles. Une œuvre réalisée par Marc Chagall (1887-1985) dans différents ateliers à Paris et en Provence de janvier à l’été 1963. Douze panneaux périphériques et un panneau central – près de 250 mètres carrés au total – qui forment un véritable panthéon des musiciens. Bizet, Verdi, Beethoven, Mozart, Wagner, Ravel…

Cette création exceptionnelle n’a jusqu’à présent jamais fait l’objet d’un timbre. Pourtant, l’œuvre de Chagall a déjà suscité d’assez nombreuses émissions philatéliques.

L’Opéra de Paris avait cependant illustré quelques semaines auparavant un timbre commémorant le vingtième anniversaire de la libération de la capitale et de Strasbourg. Gravé par Jean Pheulpin, le visuel fait ainsi apparaître sur la droite un char libérateur devant la cathédrale de la cité alsacienne, et sur la gauche l’Opéra Garnier, encore cerné de barbelés et devant lequel se positionnent des soldats…

Dix ans plus tôt, La Poste avait émis un timbre « Fleurs et parfums » (gravé par Pierre Gandon) où figurait également « l’Académie Royale de Musique ».

D’autres timbres allaient encore par la suite rendre hommage à l’œuvre de l’architecte Charles Garnier (achevée et inaugurée par le Président Mac-Mahon en 1875) : « Opéra de Paris-Palais Garnier », gravé par Claude Andreotto (1998), « Congrès de la FFAP », gravé par Martin Morck (2006), « Capitales européennes-Opéra Garnier », créé par Stéphane Humbert-Basset Opera_Garnier_1998(2010)…

Autant de timbres dont les archives sont conservées par le Musée de La Poste.

Rodolphe Pays

Recevez les billets du blog par courriel :