Afficher le menu Masquer le menu

Expo « Par amour du jeu » : le Musée de La Poste prête une œuvre de Ben aux Magasins généraux de Pantin

Le foot est d’actualité. Et l’expo qui se déroule aux portes nord de Paris ne l’est pas moins.

Consacrée au sport « roi », elle évoque ses héros, ses joies, ses débordements, ses travers…

La Poste en est partenaire. Et le musée a prêté une de ses œuvres.

« Tous arbitres »… Deux mots qui sonnent comme un slogan, une injonction, un appel, un constat, une évidence…

Deux mots sur un tableau qui accueillent les visiteurs de l’exposition proposée aux anciens Magasins généraux de Pantin (Seine-Saint-Denis) à l’occasion des 20 ans de la victoire en coupe du monde de l’équipe de France de football et du Mondial 2018.

JPEG - 43.4 ko
Le Musée de La Poste a prêté une œuvre de Ben réalisée il y a quelques années en écho à la campagne de soutien à l’arbitrage menée par La Poste.

L’un et l’autre manuscrits (manuspeints ?) en blanc sur fond bleu – le même que celui du maillot des joueurs de l’équipe de France – et signés Ben.

Créée par le plasticien il y a quelques années en écho à la campagne de soutien à l’arbitrage menée par La Poste, l’œuvre figure désormais dans les collections du Musée de La Poste.

« Nous pensions que ce tableau avait toute dans sa place dans notre projet, indiquent Anna Labouze et Keimis Henni, les commissaires de l’exposition, c’est pourquoi nous avons demandé son prêt au Musée de La Poste. »

Engagée, un rien provocatrice, la toile de l’iconoclaste Ben ne dénote pas au milieu des 75 œuvres rassemblées pour ce premier accrochage organisé dans ce lieu mythique de Paris et sa région (grenier de denrées alimentaires destinées aux parisiens des années 1930 aux années 1970, les Magasins généraux de Pantin ont été transformés en 2016 en sièges d’entreprise et espaces culturels).

Les quarante artistes internationaux présents – le plus jeune est âgé d’à peine plus de 20 ans, le plus vieux de 80 ans – ne se sont parfois pas privés d’étriller certains excès du sport « roi ».

Comme Cédric Brandilly, qui a monté des vidéos reprenant des interviews de footballeurs célèbres (Ibrahimovic, Ribéry, Ronaldo… ) sous-titrées de propos de philosophes.

JPEG - 49.5 ko
Hervé Priou a réalisé trois tableaux mettant en scène des streakers.

Ou Hervé Priou, qui a réalisé trois tableaux mettant en scène des streakers (les personnes qui interrompent les rencontres en courant nues sur la pelouse) et des stadiers.

Une manière pour l’artiste d’aborder l’héroïsme, l’absurde, la subversion et l’humour de ce type de situations.

Un diorama chamarré décrit aussi la pénétration profonde de l’univers du football dans la société brésilienne (notamment via l’argent, la corruption, le marketing… ).

JPEG - 74.3 ko
« Le football américain », par Bianca Argimon.

Images, photos, sculptures, installations se succedent … Regards et points de vue se font face, se croisent.

La starisation, la sensualité, la violence sont évoquées, avec humour, emphase, lyrisme selon les artistes (dont une dizaine est originaire du département de la Seine-Saint-Denis).

Et Jules Rimet n’a pas été oublié : fondateur du mythique Red Star et principal initiateur de la coupe du monde de football (1927), un tableau en plusieurs volets lui est consacré.

Une manière d’hommage à un des arbitres majeur du football dont Ben célèbre les vertus.

Rodolphe Pays

Par amour du jeu, 1998-2018, une exposition proposée aux Magasins généraux, 1 rue de l’Ancien Canal, Pantin (93).

Jusqu’au 5 août, ouvert tous les jours de 11 h à 20 h, entrée gratuite.

En savoir plus

JPEG - 60.8 ko
Le foot et l’argent…
JPEG - 39.4 ko
« Charlie George et Arsenal », par Sarah Lucas.
Recevez les billets du blog par courriel :