Afficher le menu Masquer le menu

D’un street artiste l’autre : Jace s’apprête à remplacer Kashink sur la palissade du Musée de La Poste

JPEG - 891.3 ko
La fresque de Kashink est encore visible quelques jours devant le Musée de La Poste.

Katre, SP 38, Lenz, Kashink et prochainement Jace…

Les street artistes se succèdent devant le Musée de La Poste.

Pour le plus grand plaisir des passants et des riverains du quartier.

JPEG - 65.4 ko
Kashink en action (Photo Charles Devoyer).

Presque un an déjà que des street artistes investissent les uns après les autres la palissade du chantier de rénovation du Musée de La Poste.

Katre avait ouvert la voie au printemps 2016, suivi dans la foulée tout l’été par l’affichiste SP 38.

JPEG - 69.7 ko
L’affichiste SP 38 devant sa fresque.

Le toulousain Lenz avait ensuite pris le relais avant que Kashink ne délivre à son tour en fin d’année ses messages haut en couleur.

L’idée était simple : le musée étant fermé pour travaux (mais cependant « ouvert » hors les murs), à défaut de voir des œuvres à l’intérieur, on en montre à l’extérieur.

Le principe de ces réalisations successives se poursuivra pendant toute la durée du chantier.

JPEG - 18.7 ko
Une oeuvre de Jace sera réalisée mi-février sur la palissade du musée.

Plus que quelques jours pour voir la fresque de Kashink, le travail de la jeune artiste sera bientôt recouvert. Et remplacé à la mi-février par celui de Jace, artiste normand installé depuis des lustres sur l’île de La Réunion.

Là-bas, comme sur tous les continents, il appose sur les murs ses fameux « gouzous », personnages sans traits, avec un peu d’embonpoint, qui portent sur le monde un regard décalé, poétique, humoristique…

A voir dans quelques jours…

Rodolphe Pays

La fresque de Jace sera visible devant le Musée de La Poste, 34 boulevard de Vaugirard, Paris 15e, du 15 février au 12 juin.

Recevez les billets du blog par courriel :