Afficher le menu Masquer le menu

Cent ans du Tour : un anniversaire sportif, postal et solidaire

Un bloc philatélique a été émis pour l’occasion, le Tour de France fête cette année son centième anniversaire. Et La Poste son demi-siècle de présence sur la « grande boucle ». A tour exceptionnel, événement exceptionnel : 23 jeunes effectuent le parcours de chaque étape la veille du passage des pros. Intitulée Tour de fête, l’aventure a été initiée par l’écrivain et journaliste Eric Fottorino. Et son capitaine de route s’appelle David Moncoutié, lequel compte pas moins de 11 participations au Tour de France. Un capitaine dont les attaches avec La Poste sont fortes : s’il n’avait pas été coureur professionnel, peut-être aurait-il porté comme ses parents les couleurs de l’entreprise… forcément le jaune.

David Moncoutié est reparti pour un tour… Un an après avoir terminé ce qui devait être sa 11e et dernière « grande boucle », il a remis ça. Mais pas avec ses ex-collègues pros. C’est en compagnie d’un peloton moins fourni - mais peut-être plus valeureux encore - qu’il participe cette fois à la grande fête annuelle du cyclisme. David est en effet le capitaine de route du Tour de fête initié par l’écrivain et journaliste Eric Fottorino.

Les 23 garçons et filles de 18 à 30 ans qui le composent ont été recrutés dans le cadre d’un projet auquel tenait tout particulièrement l’ancien patron du Monde, amoureux de toujours de la petite reine : réunir des jeunes issus de tous milieux sociaux et de toutes origines et réaliser avec eux la veille de chaque étape du Tour de France le même parcours que les pros. Sans esprit de compétition - ce n’est pas une course -, mais en faisant valoir des qualités d’engagement, de dépassement de soi, de soutien, d’altruisme.

Après neuf étapes en Corse et dans le midi de la France, David tire déjà un premier bilan de l’opération. « J’ai véritablement été surpris par le courage dont tous ces jeunes font preuve, et j’ai observé très vite beaucoup de solidarité entre eux, apprécie-t-il, en plaine par exemple, avec un vent de face, quand vraiment c’était dur, les plus forts abritaient les plus faibles. » En montagne aussi, où chacun est allé à son rythme, l’entraide a joué, encouragements, poussettes…

David a retrouvé l’atmosphère du Tour pro sur les pentes pyrénéennes. « Tout au long de la route, il y avait des basques, des espagnols, déjà beaucoup de monde pour nous encourager, raconte l’ancien grimpeur, vainqueur de deux étapes du Tour, grâce à la presse régionale notamment, beaucoup de gens étaient au courant de notre passage, il y avait une belle ambiance. » Grosse frayeur quand même quand Ingrid, une des jeunes participantes, a chuté dans une descente en voulant éviter… une vache. Pas trop de bobo heureusement, Ingrid a pu repartir.

David est visiblement heureux de faire partie de l’aventure. « Quand Eric m’a appelé pour me demander d’en être, j’ai adhéré très vite, je me suis reconnu dans l’esprit de ce projet, explique-t-il, je voulais vraiment le faire, et ça a beau être dur pour tous ces jeunes, ça se passe vraiment bien, ce sera je pense inoubliable pour nous tous. » Et les Alpes ? « Ce sont des étapes qui font forcément peur, alors je leur dis de se concentrer sur la journée en cours, de s’économiser, répond David, de continuer à être solidaire, et on y arrivera… tous ensemble. » (RP)

Le bloc « Le Tour de France a 100 ans », création Catharsis-Ciappa et Kaweena, 5,82 €, est en vente à l’espace Timbres du musée.

Le Cahier pour l’histoire de La Poste « Jaunes mêlés, 50 ans de présence postale sur le Tour de France (1963-2013) », écrit par Aurélie Rivière et Sébastien Richez, raconte un demi-siècle de collecte et de distribution du courrier sur le Tour. Il est disponible à la boutique du musée.

L’Adresse Musée de La Poste, 34 boulevard de Vaugirard, Paris 15e. Tél. : 01 42 79 24 24

Pour en savoir plus sur « Tour de fête » : http://tourdefete.lequipe.fr/participant/eric-fottorino/

Photo : Mickael Bougouin

Recevez les billets du blog par courriel :