Afficher le menu Masquer le menu

Avis de recherche, appel à témoins : qui peut donner des informations sur Alfred Marty, dont la réforme a permis à l’automne 1914 d’acheminer enfin correctement le courrier vers le front

Fin 1914, Alfred Marty a été l’artisan d’une nouvelle organisation du traitement du courrier issu ou à destination du front. Une véritable révolution qui a permis aux soldats de recevoir et d’envoyer des nouvelles dans des conditions enfin satisfaisantes. Mais ce grand serviteur de la Poste et de la France reste un quasi inconnu…

Les premières commémorations du centenaire de la Guerre 14-18 ont notamment fait apparaître le rôle très important qu’a joué le courrier durant toute la durée du conflit. Le lien maintenu entre les soldats et leurs proches, via les lettres échangées et les journaux et colis envoyés – de plus en plus nombreux au fil des mois -, contribuait en effet pour une large part à entretenir le « fameux » moral des troupes.

Pour autant, ce soutien postal apporté aux combattants n’allait pas au départ de soi. La qualité pour le moins perfectible des connexions entre les postes civile et militaire a montré dès les premières semaines des affrontements ses limites. Engorgements, retards… , le courrier n’arrivait pas dans des conditions satisfaisantes.

Constatant ces manquements, Alfred Marty, un des six Inspecteurs généraux des PTT, écrit dès octobre 1914 un rapport qui détaille les dysfonctionnements majeurs qu’il a observés dans les processus de traitement du courrier à destination du front. Considérant que ce document apporte des réponses utiles, Etienne Clémentel, le ministre des PTT, le transmet alors à Joseph Joffre, le chef d’Etat-Major des Armées.

Joffre est tout de suite convaincu de l’intérêt de la démarche de Marty. Il nomme ce dernier au Grand quartier militaire afin qu’il puisse mettre en œuvre les réformes qu’il préconise. Marty va ainsi notamment créer dès le 11 décembre plus de 150 secteurs postaux, les célèbres « SP », une révolution dont la première conséquence est de faciliter grandement l’acheminement du courrier vers les zones de combat (il y aura même 250 « SP » à la fin du conflit).

Avec cette nouvelle organisation et toutes celles qu’il met en place par ailleurs, déjà en février 1915, alors que les envois vers le front ou l’arrière explosent littéralement, la situation est rétablie : le courrier parvient aux soldats dans des délais désormais très rapides.

Alfred Marty rejoindra ensuite à nouveau les PTT. En 1922, il publiera des textes sur l’organisation de la Poste militaire et conceptualisera également ce qui deviendra – et pour une longue période – la Poste automobile rurale. Un grand serviteur de la Poste et de la France… resté méconnu. On sait qu’il est issu de la première promotion (en 1889) de l’Ecole nationale des PTT, il semblerait qu’il ait reçu la Légion d’Honneur et les Palmes Militaires…

Mais on n’en sait guère plus. On ne connaît pas sa région d’origine, on ignore où il est mort. Aucune photo de lui jusqu’à ce jour n’a jamais été publiée. En existe-t-il ? Avis aux lecteurs du blog : si vous avez des informations sur Alfred Marty ou si vous connaissez des personnes susceptibles d’en avoir, merci de les faire remonter. Elles permettraient de lui rendre un meilleur hommage…

Rodolphe Pays

Vous avez des informations concernant Alfred Marty : vous pouvez entrer en contact avec les historiens du Musée de La Poste via le blog (sans oublier de laisser des coordonnées pour vous joindre) ou vous adresser à Sébastien Richez, docteur en histoire chargé de recherches au sein de La Poste, à l’adresse sebastien.richez@laposte.fr

Recevez les billets du blog par courriel :