Afficher le menu Masquer le menu

Avec la Fondation La Poste, les prix « Voix du Sud » décernés jeudi dernier à Sylvain Mora, Bastien Lanza et Le Larron

Soutenus par la Fondation La Poste, les prix Voix du Sud 2013 ont été remis à Paris jeudi dernier. Ils récompensent chaque année des jeunes chanteurs et musiciens ayant participé aux « Rencontres d’Astaffort », organisées régulièrement par Francis Cabrel. Les lauréats de cette édition : Sylvain Mora, Bastien Lanza et Le Larron (ci-dessous au piano).

C’était jeudi au Studio Raspail, à Paris. Les prix Voix du Sud, qui récompensent de jeunes chanteurs et musiciens talentueux, étaient remis par Francis Cabrel (président d’honneur de Voix du Sud), Dominique Blanchecotte (Déléguée Générale de la Fondation La Poste) et Jean Bonnefon (Président de Voix du Sud). Sylvain Mora, compositeur-interprète, et Bastien Lanza, auteur-compositeur-interprète sont les deux lauréats de cette édition. Le premier concocte actuellement son projet personnel sous le nom de MoRa MoRa : des chansons acoustiques, où il s’amuse en particulier des mots, de leurs sons et de leurs sens. Sylvain Mora travaille en tant qu’auteur indépendant pour le label Roy Music avec l’éditrice Claire Pilisi. De ses « Rencontres d’Astaffort », il conserve et entretient de précieuses collaborations, notamment avec Ben Ricour.

Et le second, qui a fait la première partie de gens comme Grand Corps Malade ou San Severino, finalise en ce moment son premier album (qui sortira à l’automne). Entre chanson française et folk, ce guitariste remarquable propose une musique intimiste aux sonorités acoustiques, où les arpèges portent les mots, les mots les arpèges, d’une façon résolument personnelle.

Pianiste, multi instrumentiste, Le Larron gagnait sa vie en accompagnant des interprètes (Ridan, Jane Birkin…), en remixant des rappeurs (Rohff, Blak Twang… ). Il faisait aussi du studio. Composait. Ecrivait des textes… qui ne trouvaient pas toujours preneur. Trop crus, trop « absurdes »… Du coup, lui qui ne se voyait pas chanteur, il s’est décidé à les enregistrer. Comme ça. Pour voir, mais sans plus. Et il a vu. C’était en 2009, et le disque sobrement titré Le Larron n’est pas resté longtemps dans les bacs. Coup d’essai, coup de peut-être bientôt maître. Après ce premier album réalisé un peu « à l’arrache », Le Larron récidive. Avec « Original", un nouvel opus au son particulièrement travaillé. Et obtient le prix Spécial 2013 des Voix du Sud. Trois artistes à suivre désormais… (RP)

Pour en savoir plus sur la Fondation La Poste : http://www.fondationlaposte.org/

Recevez les billets du blog par courriel :