Afficher le menu Masquer le menu

50e anniversaire de « Télé-Philatélie » de Jacqueline Caurat et Jacques Mancier

Souvenez-vous le mercredi 25 janvier 1961, à 18 h 40 à la télévision française… Le mercredi 25 janvier 1961, de 18 h 40 à 19 h, est diffusée en noir et blanc sur les antennes de la Radio télévision française (RTF) la première émission « Télé-Philatélie » produite par Jacqueline Caurat et son mari Jacques Mancier.

La comédienne et présentatrice Jacqueline Caurat interview l’artiste Jean Cocteau dans son atelier. Les téléspectateurs regardent Cocteau dessiner sa Marianne sur une porte vitrée avec le rouge à lèvres de l’animatrice. Dans cette même émission, le ministre des PTT, Michel Maurice-Bokanowski, dévoile pour la première fois le programme philatélique de l’année 1961. Ce premier numéro est un succès qui va durer 22 ans.

JPEG - 10.1 ko
Jacqueline Caurat

Unique dans l’histoire de la télévision française et étrangère, ce magazine spécialisé va se développer jusqu’en 1983. Cette chronique philatélique, d’une durée d’une demi-heure est d’abord diffusée tous les quinze jours le vendredi à 18 h 30 sur la chaîne nationale et devient mensuelle à partir de 1970. De 1974 à 1983, l’émission philatélique passe le samedi sur les antennes de la nouvelle société TF1 avec un nouveau titre « Philatélie-Club ». L’équipe du magazine est très réduite, les moyens pour concevoir l’émission sont réduits. Le contenu est éclectique : études, histoire postale, thématiques, comptes rendus d’expositions philatéliques internationales, grandes ventes, visites de musées postaux étrangers, entretiens avec des personnalités du monde philatélique, politique, scientifique et artistique. A partir de 1975, l’émission est diffusée en couleurs. Le 17 janvier 1981, le magazine fête ses 20 ans par une émission rétrospective. Après le départ volontaire des producteurs en avril 1983, l’émission s’arrête. Aujourd’hui personne n’a repris le flambeau….

1 - Lettre illustrée de Jean Cocteau, 1961

JPEG - 183.7 ko
Lettre autographe de Jean Cocteau, du 30 janvier 1961
illustrée d’un dessin représentant « Marianne », adressée à Michel Maurice-Bokanowski. (Inv. 2008.37.17, Réf. Yv 1282)

En avril 1960, le ministre des PTT, Michel Maurice-Bokanowski, veut remplacer le timbre d’usage courant « la République à la Nef » d’André Regagnon par un beau timbre imprimé en taille-douce. Une Marianne provisoire, conçue par Albert Decaris en typographie est ainsi émise en juin 1960. Le ministre des PTT, demande à l’artiste Jean Cocteau (1889-1963) de réaliser une maquette pour un nouveau timbre d’usage courant.

" Je voudrais que les Français aient de jolis timbres. J’en ai assez de la bonne femme au bateau et autres semeuses. J’ai demandé à M. Cocteau de me dessiner une République qui soit agréable à regarder. Elle me plaît bien, la République de Jean Cocteau, mais elle plaira peut-être moins aux gens qui ne sont pas avertis de l’art moderne " (M. Maurice- Bokanowski, Paris-Presse, 4 avril 1960). Jean Cocteau réalise plusieurs projets et esquisses préparatoires de la Marianne. Ces dessins ainsi que la correspondance échangée avec le ministre sont conservés au Musée. Une fois la maquette approuvée, Decaris grave les poinçons en taille-douce et le timbre sera mis en vente le 20 février 1961. C’est le premier timbre de petit format d’usage courant imprimé sur une presse taille-douce six couleurs.

Dans sa lettre du 30 janvier 1961, ici présentée, Cocteau écrit : « Mon cher Ministre et ami. Je suis accablé de lettres des philatélistes, que dois-je répondre ? Votre fidèle Jean Cocteau. Je conserve pour vous précieusement, les maquettes, de la télévision ». En effet, pour le nouveau magazine Télé-Philatélie diffusé le mercredi 25 janvier 1961 à 18h40 à la télévision française, Jacqueline Caurat interview Cocteau dans son atelier. Les téléspectateurs regardent Cocteau dessiner sa Marianne sur une porte vitrée avec le rouge à lèvres de Jacqueline Caurat. Dans cette même émission, Maurice-Bokanowski dévoile pour la première fois aux téléspectateurs le programme philatélique pour l’année 1961. Ce premier numéro est un succès qui va durer 22 ans.

2 - Jacqueline Caurat s’entretient avec Salvador Dali, photographie, 1967

L’émission « Télé-Philatélie » lancée en 1961 devient de plus en plus populaire. Unique dans l’histoire de la télévision française et étrangère, ce magazine spécialisé produit par Jacqueline Caurat et son mari Jacques Mancier va se développer. Cette chronique philatélique, d’une durée d’une demi-heure est d’abord diffusée tous les quinze jours le vendredi à 18 h 30 sur la chaîne nationale et devient mensuelle à partir de 1970. A la suite de l’éclatement de l’Office de radiodiffusion et de la télévision française (ORTF) en sept sociétés en 1974, l’émission philatélique passe désormais sur les antennes de la nouvelle société TF1. De 1974 à 1983, « Télé-Philatélie » se transforme en « Philatélie- Club ».

L’équipe du magazine est très réduite, les moyens pour concevoir l’émission sont faibles. Le contenu est éclectique : études, histoire postale, thématiques, compte rendus d’expositions philatéliques internationales, grandes ventes, visites de musées postaux étrangers, entretiens avec des personnalités du monde philatélique, politique, scientifique et artistique. Si de nombreux graveurs sont invités, tels que Serres, Pheulpin, Gandon, Decaris, Durrens, Béquet ; Jacqueline Caurat se déplace dans les ateliers des grands artistes contemporains, tels que Hartung, Chagall, Miro, Mathieu, Buffet, Carzou, Folon, créateurs de timbres-poste de la série artistique.

C’est ainsi qu’en 1967 Jacqueline Caurat rencontre Salvador Dali (1904 – 1989) à l’occasion de sa venue à Paris et lui demande son point de vue sur une éventuelle création de « Marianne ». En 1978, il créera une oeuvre sur papier pour la Poste française qui, l’année suivante, sera émise en timbre-poste dans la série artistique. L’accueil de la presse et du public restera mitigé. Jacqueline Caurat se souvient de cette entrevue avec le maître :

« Toujours excentrique dans son comportement, cette rencontre fut vraiment pittoresque. Lui qui cherchait constamment à déstabiliser ses interlocuteurs a dû être surpris de voir que je ne me laissais pas faire. Un téléspectateur m’a d’ailleurs écrit pour me féliciter de la répartie dont j’avais fait preuve ».

JPEG - 338.7 ko
Jacqueline Caurat s’entretient avec Salvador Dali
photographie, 1967 (Inv. MP PH 981.02/16846)

3 - Jacqueline Caurat, Le monde merveilleux des timbres-poste, 1967

Au début des années 1960, Jacqueline Caurat présente tous les jours vers 14 h les émissions scolaires de l’Education nationale. Avec son mari et producteur Jacques Mancier, ils créent de 1961 à 1974 un magazine philatélique de 30 minutes à la télévision, « Télé-Philatélie », qui deviendra de 1974 à 1983 « Philatélie-Club ». Parallèlement, ils animent le samedi ou le dimanche des chroniques philatéliques à la radio, sur France-Inter et sur France-Culture. Ils collaborent à de nombreux journaux, dont le Figaro, des hebdomadaires et le mensuel Philatélie créé en 1967, par Henri Thiaude, négociant en timbres-poste.

Habituée du petit écran, Jacqueline Caurat est devenue très médiatique avec la présentation de son émission philatélique mensuelle. Elle touche un large public, à la fois néophytes, jeunes et initiés. Par sa voix et son sourire, elle popularise la collection de timbres. Aussi, elle se lance tout naturellement dans l’édition en publiant en 1967 un ouvrage consacré à la collection de timbres-poste : « Le monde merveilleux des timbres-poste ». Cet ouvrage d’incitation à s’adonner à la philatélie de 166 pages et très illustré, est préfacé par Lucien Berthelot, président de la Fédération des sociétés philatéliques françaises : « C’est un ouvrage d’initiation d’un style nouveau, dont la lecture sera d’un agrément certain et d’un profit pour tous ». Le lancement du livre est réalisé au musée postal, hôtel Choiseul-Praslin, rue Saint-Romain, à Paris en présence d’Yves Guéna, alors ministre des PTT. Jacqueline Caurat publiera en 1968, Les jeux olympiques d’hiver, à travers…les timbresposte, puis en 1975 La philatélie en trois jours et en 1976 L’Art de collectionner les timbres par thème. Les éditions Yvert et Tellier éditeront un coffret philatélique « Le timbre au logis » avec du matériel philatélique et de la documentation conçue par Jacqueline Caurat pour les débutants en philatélie.

JPEG - 356.1 ko
Affiche publicitaire pour l’ouvrage de Jacqueline Caurat
Le monde merveilleux des timbres-poste, Paris, éditions Gautier-Languereau, 1967, 166 p. (Inv.11376, cote 4°147)

4 - Flamme d’oblitération temporaire, « 20 ans de Philatélie – TF1 », 1981

La concession d’une flamme d’oblitération temporaire est donnée par l’administration des postes à trois bureaux de poste parisiens : Paris 202, aujourd’hui Paris Orsay, bureau de Paris 115, aujourd’hui Paris Beaux-Arts et Paris 44, aujourd’hui Paris Rodin. La machine à oblitérer SECAP produit une flamme non illustrée avec le texte suivant : « 1961 – 1981 – 20 ans de Philatélie – TF1 ». Cette oblitération mécanique sera présente sur tout le courrier des deux premiers bureaux de poste du 20 décembre 1980 au 20 mars 1981, le troisième bureau l’utilisera du 2 janvier 1981 au 2 avril 1981. En effet, depuis le 25 janvier 1961, première émission de « Télé-Philatélie », le magazine philatélique de 30 minutes, bimensuel, puis mensuel à partir de 1970, est diffusé sous le nom de « Philatélie-Club » en 1974 sur TF1. L’émission fête son 20e anniversaire le 17 janvier 1981 à 11 h 55. Au programme : une rétrospective de 20 ans d’émission, Jean Cocteau dessinant sur une porte vitrée sa « Marianne », la conception de Salvador Dali sur l’art du timbre-poste, un reportage sur l’acteur Yul Brynner qui emportait sa collection de timbres dans tous ses déplacements, un entretien avec Chagall, un reportage sur les grandes expositions internationales « Philatec 64 », « Arphila 75 ».

Cette émission sera récompensée à Vienne (Autriche) par le grand prix du Festival international du film spécialisé de la WIPA 1981. Le journal interne de l’administration des PTT « Messages » titrera dans son numéro de janvier 1981 « La flamme de ses vingt ans ».

JPEG - 543 ko
Flamme d’oblitération temporaire « 20 ans de Philatélie – TF1 », 1981
Utilisée dans 3 bureaux de Poste de Paris pour les 20 ans du magazine philatélique à la télévision (Inv.2010.114.3)

Bibliographie :

P. Rabier, J.Binet, « Télé-Philatélie : les moments de bonheur de Jacqueline Caurat. Entretien, Relais, n° 113, 03/2011, pp.18 -28

P. Rabier, « Télé-Philatélie (1961-1983). Un magazine philatélique unique à la télévision », Relais, n° 113, 03/2011, pp.29 – 33

J. Binet, « Sur les pas de ma grand-mère. L’histoire racontée par la petite fille de Jacqueline Caurat », Relais, n° 113, pp.34 - 35

M. Marmin, « Jacqueline Caurat : Télé-philatélie, une loupe grossissante pour le timbreposte », Chronique du timbre-poste, éditions Chronique, 2005, pp.188-189

A. Ben Moha, « Le roi des hobbys et le hobby des rois », L’Echo de la Timbrologie, janvier 2005, n° 1781, pp.36-37

D. Préhu, « Jacqueline Caurat - « Je suis la dernière des speakerines de l’ORTF », France Dimanche, 23/29 septembre 2005, p.27

M. Castets, « Jacqueline Caurat : souvenirs d’une télé-philatéliste », Timbres Magazine, mars 2004, pp.30-31

P. Rabier, Regards sur la presse philatélique française, DESS, Services publics et communication, Paris II, 1986, pp.33 – 39 « Jacqueline Caurat raconte 20 ans de Télé-Philatélie », Timbroscopie, n° 1, mars 1984, pp.16-18

« Philatélie-Club - 20e anniversaire », L’Echo de la Timbrologie, janvier 1981, n°1517, p.11

« La flamme de ses vingt ans », Messages des PTT, janvier 1981, n° 300, pp. 18-19