Afficher le menu Masquer le menu

1924 : les Jeux Olympiques de Paris se déroulent au stade de Colombes

JPEG - 24.9 ko
Le stade de Colombes a accueilli les JO de 1924.

Un stade olympique à Colombes, des sportifs devenus parfois des gloires d’Hollywood, des timbres que l’on ne ferait peut-être plus aujourd’hui…

C’étaient les Jeux Olympiques de 1924…

Los Angeles ou Paris ? Les deux villes se disputent actuellement l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques qui se dérouleront en 2024. Décision en septembre…

La deuxième métropole des Etats-Unis par sa population comme la capitale française ont déjà accueilli les JO par deux fois. En 1932 puis 1984 pour Los Angeles, en 1900 et 1924 pour Paris.

Au-delà de la qualité des équipements mis à la disposition des délégations et des spectateurs (et de ce point de vue les deux villes proposent des dossiers solides), la décision d’attribuer ces JO à la France pourrait aussi être motivée par un siècle de sevrage olympique.

Relancés par le baron Pierre de Coubertin, les jeux de l’ère moderne ont d’abord symboliquement eu lieu à Athènes en 1900 et Paris quatre ans après.

Et c’est la ville de Colombes, cité ouvrière située au nord-ouest de la capitale, qui les a abrités 20 ans plus tard, en 1924.

Bâti sur le territoire de la commune, le stade Yves du Manoir, dont une partie des tribunes subsiste encore aujourd’hui, a été le pivot du dispositif olympique mis en place à l’époque.

La plupart des compétitions d’athlétisme s’y est déroulée.

Ainsi que celles de cyclisme, de gymnastique, d’équitation (à l’emplacement du stade, se trouvait auparavant un hippodrome), de tennis, de football…

JPEG - 4.8 ko
Johnny Weissmuller

Des sportifs dont les noms sont restés dans l’histoire ont participé à ces épreuves.

Comme Paavo Nurmi – le finlandais volant -, un des plus grands coureurs de fond et demi-fond de tous les temps (5 fois médaillé d’or aux Jeux de 1924).

Ou encore le nageur autrichien Johnny Weissmuller (3 fois médaillé d’or), le futur Tarzan d’Hollywood.

La philatélie n’était pas absente de ces jeux. De nombreux timbres ont été émis par la Poste française à leur occasion.

Avec des visuels qui reprenaient des postures antiques… mais ne seraient probablement plus reproduites de nos jours (images ci-contre).

Souhaitons que la philatélie française soit à nouveau présente pour les JO de 2024…

Rodolphe Pays

Recevez les billets du blog par courriel :